Un vent anglais

Un de nos correspondant dans une ville paumée nous intérroge sur notre comportement social. (On s'y laisserai presque prendre vieux coyote! On sait bien que tu file à l'anglaise pour aller mater les filles). Mais laissons-le s'expliquer :

Quelle est ta place? Est-tu le chef? Le suiveur? ou tout ce qu'il y à entre les deux? Ceux qui n'y réfléchissent pas se retrouvent vite avec une femme grasse et coincée, des enfants qui braillent et qui réclament toujours leur attention. Et des crédits à rembourser pendant 50 ans. L'angoisse donc. Mieux vaut y réfléchir à l'avance. La vie n'est pas une course.

A toi qui à encore le choix, réspire un grand coup et pense calmement. Tout les jours tu as la possibilité de t'en rendre compte. Cherche et trouve la place qui te convients, là où tu te sens à l'aise. Ce n'est pas manquer d'ambition ni de carrisme que chercher à trouver sa place, sa bonne place parmis les gens. Plus ou moins en valeur, plus ou moins caché ca dépend des gens et des situations.

Pense surtout quand tu es mal à l'aise ou nerveux. Les gens te rendent nerveux, la solitude t'inquiète... Non tu as tors, la solitude n'est pas ton ennemi, l'ennui est ton ennemi. Détend toi, trouve un moyen. Si il faut que tu soit seul, accepte-le. Profite des autres, ne te soumet pas à eux.

Tu ne sais pas ce que les gens veulent de toi, peut être ils veulent que tu danses sur la table, pourquoi pas? Ils ont leurs misère et ils veulent s'amuser des plus faibles. Ils sont méchants même si ils s'en rendent pas compte. Ils te provoquent, ils te regardent, ils te jugent. Et parce que tu ne repond pas ils pensent que tu es un faible. C'est sûr c'est plus facile d'être avec des larbins qu'avec des gens d'expérience mais tu veux rentrez dedans, tu veux touché la réalité des gens d'actions. Laisse les s'imaginer des choses sur toi, ils se trompent. Si tu accepte la solitude tu gagne une certitude qu'ils ne pourront pas rompre.

Dans la solitude tu es supérieur à ceux qui sont en groupe. Ils font les idiots, ils veulent s'impréssionner, se montrer différent, attirer l'attention. Un peu à l'écart, en passant près des groupes tu peux le voir. Et tu te sens bien tout seul, sans avoir à jouer ce spéctacle idiot. Tu t'ennui pas, tu les regarde faire et tu les compare en riant. Tu as le vent et il te pousse. Il ne te veux pas de mal lui.

Donc, certains préfèrent rester au milieu des groupes. D'autre y sont moins à l'aise. Si ils son sont rejetés comment pourraient-ils comprendre? Mais ceux qui s'éloignent d'eux même, pour voir ce qui se passe au coin de la rue je suis sûr qu'ils comprennent que le vent mettra sur leurs chemin plus de surprise qu'ils n'auront jamais imaginé en restant planqué au milieu.

1 commentaire:

Tony Blair a dit…

Je suis anglais et je trouve ton article offenssant. Va au diable!